Les Risques des Examens

La radiologie est-elle irradiante ?
Du fait du renouvellement du matériel radiologique, de la collimation extrême des rayons, des précautions prises par les médecins et leurs collaboratrices et des contingences imposées par le législateur, la réalisation des examens radiographiques est devenue très peu irradiante.  
 
Dans le Centre est appliqué le principe ALARA : as low as reasonable admissible (aussi bas que raisonnablement possible), c’est à dire l’utilisation la plus basse possible de la puissance des rayons X, sans altérer la qualité des renseignements obtenus.  
 
Les Docteurs Zin Eddine Boumenir, Bertrand Monod et Mourad Rili ont suivi les formations validantes de radioprotection du personnel et des patients. Ils se sont engagés à utiliser les NRD : Niveaux de Référence Diagnostique, ç’est à dire à utiliser pour un cliché radiographique et suivant un type morphologique défini du patient, les constantes radiographiques les mieux adaptées et les moins irradiantes.  
 
Le scanner est-il plus irradiant que la radiologie ?
On peut considérer qu’un examen scannographique est globalement plus irradiant qu’une seule radiographie simple. Il faut cependant considérer la globalité, c’est à dire qu’un scanner permet d’explorer de façon plus approfondie une région déterminée et qu’il est habituel dans le cadre d’un bilan de ne pas se contenter de la réalisation d’un seul cliché radiographique.  
 
Peut-on se passer de la réalisation des clichés radiographiques ?
La radiographie standard conserve tout son intérêt dans le diagnostic et le traitement.
Dans le cas d’une toux, le 1er examen à réaliser est une radiographie simple du thorax, pour éliminer une pneumonie. Un scanner d’emblée serait abusif !
Dans le cas d’une douleur du ventre, le 1er examen à réaliser est un cliché de l’abdomen sans préparation. Un scanner d’emblée serait abusif !
En cas de lombalgies, la radiographie du rachis réalisée debout renseigne sur la statique ( scoliose, hyperlordose), le scanner réalisé en position couchée ne pouvant donner ce genre de renseignement.  
 
Quels sont les risques de l’irradiation ?
Si les conditions de réalisation des radiographies et du scanner sont optimales, les risques d’irradiation sont quasi-nuls.  
 
L’IRM comporte t’elle des risques ?
Il n’a pas été décrit jusqu’à présent de risques inhérents à la réalisation d’un examen IRM, sauf chez l’insuffisant rénal chronique. Par prudence l’examen n’est pas réalisé chez la femme enceinte, à moins d’une indication précise à la recherche par exemple d’une anomalie fœtale. L’effet nocif du produit injecté ( gadolinium) n’étant pas non plus connu, la femme allaitant ne peut bénéficier de cet examen.  
 
L’échographie comporte t’elle des risques ?
L’utilisation des ultrasons a fait la preuve de son innocuité. L’échographie est considéré comme un examen sans risque. L’utilisation du doppler pour mesurer la fréquence cardiaque est limité en début de grossesse, son innocuité n’étant pas jusqu’à présent démontrée.

Retour aux questions